Observations « participantes » de Marc Lavergne chercheur au CNRS / An insider’s view about the course of events in the Middle East and the Horn of Africa

Une mise en perspective historique et géographique des conflits en Syrie et en Irak par Marc Lavergne à l’issue du colloque « Détruire Daesh, et après ? » organisé par le Sénat, le 11 mars 2016
10 mai, 2016, 15:10
Classé dans : Colloques,CRISES ET CONFLITS MONDE ARABE,INTERVIEWS TELE


Une paix enfin?
4 mai, 2016, 15:53
Classé dans : INTERVIEWS PRESSE ECRITE,Sud-Soudan

Capture d’écran 2016-05-04 à 15.55.01

Interview de Marc Lavergne dans Libération le 3 mai 2016 : Cliquez ici pour lire l’interview

 



Réaction de Marc Lavergne sur le Sud Soudan, invité dans Télésud
4 mai, 2016, 15:44
Classé dans : INTERVIEWS TELE,Sud-Soudan
http://www.dailymotion.com/video/x47tvcq


A voir d’urgence : « Je suis le peuple », ou la révolution égyptienne vue d’un village de Haute-Egypte, un film documentaire d’Anna Roussillon

unnamedHC4PRSLU



« Nous venons en amis », film à ne pas manquer!
11 janvier, 2016, 9:54
Classé dans : Conférences, présentations,Non classé

Affiche Hubert Sauper Nous venons en amis



Homeland, film remarquable sur l’IRAK, présentation par Marc Lavergne du film au Lucernaire le 12 avril 2016
13 avril, 2016, 9:56
Classé dans : Conférences, présentations,Non classé

13010902_1706236329664427_1305650520473162559_n



Arabie saoudite : le pont sur la mer Rouge cache des enjeux géostratégiques
13 avril, 2016, 0:38
Classé dans : Egypte,GEOPOLITIQUE,INTERVIEWS PRESSE ECRITE,PENINSULE ARABIQUE

France 24 web : Un entretien avec Marc Lavergne le 11 avril 2016

Cliquez ici pour lire l’interview  

Capture d’écran 2016-05-04 à 16.00.23



« Aux racines du djihadisme africain », à paraître dans « Le magazine de l’Afrique », mars-avril 2016

Aux racines du djihadisme africain

 Marc Lavergne

Les nomades sahariens au XXè siècle, des perdants de l’Histoire ?

  L’hiver 1969… j’étais à Djanet, lointaine oasis aux confins de la Libye et du Niger, dans le bordj où les jeunes militaires de l’ALN avaient remplacé l’armée française. Ils étaient tous du nord, et découvraient comme moi le Sahara. A nos pieds s’étendait la palmeraie et plus loin dans l’oued, se déroulait une fantasia en l’honneur du nouvel aménokal des Kel Ajjer, qui venait de succéder à son père. Une foule bigarrée festoyait joyeusement entre les tentes des groupes venus de toute la région. Mais je compris bien vite que ces festivités n’étaient qu’un sursaut dans le déclin de cette société targuie naguère si glorieuse. Quelques jours plus tard, mon vieux guide Djebrine me racontait comment il avait pris part, jeune homme, à l’assassinat du Père de Foucault, dans cette fameuse expédition sénoussie jusqu’à l’Assekrem en 1916. Dans le vocabulaire d’aujourd’hui, un « acte terroriste contre un civil innocent », mais en même temps une action de résistance d’un groupe politico-religieux contre l’occupation étrangère, et plus précisément contre un agent de renseignement occupant une position stratégique, dans le contexte de la Première guerre mondiale, avec sans doute intervention d’agents turcs alliés de l’Allemagne…

Puis il y avait eu l’arrivée des Français, qui avaient émancipé les anciens esclaves, ces harratin de l’oasis envoyés à l’école tandis que les fils des maîtres continuaient de nomadiser au loin. Ils étaient devenus les rouages du pouvoir colonial, dont ils maîtrisaient la langue et les coutumes, portant le pantalon et la chemise blanche, et servaient maintenant l’Algérie indépendante.

Un dernier rezzou de Toubous venus du Niger avait encore dévasté l’oasis de Djanet quelques années plus tôt, en quête de dromadaires et de pillage…Mais les caravanes d’âniers qui prenaient la piste de Ghât, dans la Libye voisine, montraient l’apparition de nouveaux courants d’échanges, avec de nouveaux acteurs. De nouvelles frontières quadrillaient l’espace de vie nomade et la découverte du pétrole attirait les jeunes vers In Amenas, l’ancien Fort Flatters. (suite…)



« 5 ans après la révolution, la désillusion ? » Marc Lavergne invité de l’émission Focus sur France 24, le 25 janvier 2016
26 janvier, 2016, 17:57
Classé dans : CRISES ET CONFLITS MONDE ARABE,Egypte,GEOPOLITIQUE,INTERVIEWS TELE

Voir le premier interview 

Voir le second interview

Capture d’écran 2016-05-04 à 16.26.29



France Culture 25/01/16 « Humanitaire, la fin des illusions ? » Une émission de Cultures Monde
26 janvier, 2016, 0:04
Classé dans : CRISES ET CONFLITS MONDE ARABE,GEOPOLITIQUE,INTERVIEWS RADIO

De Sylvain Delorme, avec Mego Terzian, président de MSF et Marc Lavergne :

http://www.franceculture.fr/emissions/culturesmonde/humanitaire-la-fin-des-illusions-14-un-corridor-dans-la-guerre

 

 

 

 



Egypte d’Al-Sissi : le terrorisme, première menace ou ultime ressource ?
16 janvier, 2016, 10:41
Classé dans : CRISES ET CONFLITS MONDE ARABE,Egypte,GEOPOLITIQUE

Lettre d’Égypte, 2 janvier 2016

L’Egypte du « maréchal » al-Sissi : le terrorisme, première menace ou ultime ressource ?

En ce tournant de l’année 2015-2016, un sentiment de morosité flotte sur l’Égypte.  Il semble que l’effet Sissi se soit estompé : l’enthousiasme des débuts, de la part de ceux qui rejetaient l’emprise des Frères Musulmans sur l’économie et la société, s’est évanoui, et a laissé place à un sentiment de malaise et d’inquiétude.

 Il y a tout d’abord un problème de méthode : la brutalité du « maréchal »autoproclamé, sa radicalité face à toute manifestation critique, rappellent les pires heures des dictatures précédentes. Certains prétendent même que la situation des droits humains et des libertés publiques est pire que sous  Moubarak. En effet, avec 40 000 prisonniers politiques – qui sont loin d’être pour la plupart des activistes avérés, et d’être tous de la mouvance des Frères Musulmans -, l’Égypte bat ses propres records. D’autant que le nombre déjà impressionnant en lui-même, ne reflète pas la réalité des tortures et des humiliations systématiques, de l’absence de jugements, ou des procédures expéditives menées par des juges aux ordres.

D’une part, cette politique ne permet pas la réconciliation nationale et l’apaisement indispensables pour dégager les voies d’un avenir prospère et stable ; d’autre part, elle provoque un sentiment de rejet dans de larges couches de la société et risque de jeter la jeunesse  dans les bras de Daesh ou de nourrir les rebellions tribales des nomades bédouins  vivant sur les 90% désertiques du pays. On a ainsi l’impression que le pouvoir fabrique lui-même les opposants qui lui permettent de se légitimer et d’obtenir l’aide de ses alliés arabes ou occidentaux.

On peut se demander si cette politique du big stick n’est pas un effet de l’incompétence de l’armée à diriger le pays. Le temps est en effet passé, s’il a jamais existé, où l’armée égyptienne avait une certaine légitimité à prétendre gérer la société et l’économie égyptiennes.  (suite…)


12345...9

coline3unblogfunblogfrr |
Plus qu'une xénophobie, c'e... |
AGIR ENSEMBLE POUR LA COTE ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saidahamadi
| affaire robert boulin
| CHANGER L'ALGERIE