Le Magazine de l’Afrique • avril – mai 2014 L’aide humanitaire entre droit et devoir d’ »ingérence

De l’engagement bénévole à la professionnalisation
d’un acteur-clé des conflits, l’aide humanitaire est
prise au piège de l’instrumentalisation. Elle devient
une composante de la diplomatie. Par Marc Lavergne

La première ONG est la Croix-
Rouge, fondée par un groupe
de citoyens genevois à la suite
de la guerre de Crimée. Elle
est l’ancêtre du CICR de Genève,
organisation de droit privé dont le
statut international est reconnu par la
plupart des pays du monde, et par les
institutions internationales. À la suite
de la

À propos de marclavergne

A étudié en Syrie (1972-75) et en Egypte (1977-1981), travaillé en Arabie Saoudite (1981-82 Ministère de l'agriculture) et au Soudan (1982-1988, Directeur du CEDUST à l' Université de Khartoum), au Liban et en Jordanie (1988-1990, Directeur du CERMOC). Chercheur CNRS au laboratoire URBAMA de l'université de Tours (1991-1999), puis au laboratoire Géotropiques de l'université Paris- Nanterre (2000-2004) et au GREMMO de l'université Lyon 2 (2004-2015). Directeur du CEDEJ (2008-2011, Le Caire/Khartoum).Depuis 2015, membre du labo CNRS CITERES à l'Université de Tours. Conseiller juridique et politique de la Joint Military Commission pour le cessez-le feu dans les monts Nouba (2002), coordinateur du groupe d'experts du Conseil de Sécurité de l'ONU pour le Darfour (2006). Administrateur de Médecins sans Frontières ( 2005-2008) et d'Action contre la faim (2015-2018)

Voir tous les articles de marclavergne

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

coline3unblogfunblogfrr |
Plus qu'une xénophobie, c'e... |
AGIR ENSEMBLE POUR LA COTE ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saidahamadi
| affaire robert boulin
| CHANGER L'ALGERIE