Observations « participantes » de Marc Lavergne chercheur au CNRS / An insider’s view about the course of events in the Middle East and the Horn of Africa

« Aux racines du djihadisme africain », à paraître dans « Le magazine de l’Afrique », mars-avril 2016

Aux racines du djihadisme africain

 Marc Lavergne

Les nomades sahariens au XXè siècle, des perdants de l’Histoire ?

  L’hiver 1969… j’étais à Djanet, lointaine oasis aux confins de la Libye et du Niger, dans le bordj où les jeunes militaires de l’ALN avaient remplacé l’armée française. Ils étaient tous du nord, et découvraient comme moi le Sahara. A nos pieds s’étendait la palmeraie et plus loin dans l’oued, se déroulait une fantasia en l’honneur du nouvel aménokal des Kel Ajjer, qui venait de succéder à son père. Une foule bigarrée festoyait joyeusement entre les tentes des groupes venus de toute la région. Mais je compris bien vite que ces festivités n’étaient qu’un sursaut dans le déclin de cette société targuie naguère si glorieuse. Quelques jours plus tard, mon vieux guide Djebrine me racontait comment il avait pris part, jeune homme, à l’assassinat du Père de Foucault, dans cette fameuse expédition sénoussie jusqu’à l’Assekrem en 1916. Dans le vocabulaire d’aujourd’hui, un « acte terroriste contre un civil innocent », mais en même temps une action de résistance d’un groupe politico-religieux contre l’occupation étrangère, et plus précisément contre un agent de renseignement occupant une position stratégique, dans le contexte de la Première guerre mondiale, avec sans doute intervention d’agents turcs alliés de l’Allemagne…

Puis il y avait eu l’arrivée des Français, qui avaient émancipé les anciens esclaves, ces harratin de l’oasis envoyés à l’école tandis que les fils des maîtres continuaient de nomadiser au loin. Ils étaient devenus les rouages du pouvoir colonial, dont ils maîtrisaient la langue et les coutumes, portant le pantalon et la chemise blanche, et servaient maintenant l’Algérie indépendante.

Un dernier rezzou de Toubous venus du Niger avait encore dévasté l’oasis de Djanet quelques années plus tôt, en quête de dromadaires et de pillage…Mais les caravanes d’âniers qui prenaient la piste de Ghât, dans la Libye voisine, montraient l’apparition de nouveaux courants d’échanges, avec de nouveaux acteurs. De nouvelles frontières quadrillaient l’espace de vie nomade et la découverte du pétrole attirait les jeunes vers In Amenas, l’ancien Fort Flatters.


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

coline3unblogfunblogfrr |
Plus qu'une xénophobie, c'e... |
AGIR ENSEMBLE POUR LA COTE ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saidahamadi
| affaire robert boulin
| CHANGER L'ALGERIE